L’Anorexie

L'anorexie, un modèle mortel d'alimentation

L'anorexie peut toucher n'importe quelle personne à tout âge de la vie, mais est le plus souvent diagnostiquée à l'adolescence et est très répandue chez les filles. La pression sociologique et culturelle qui pèse sur les filles pour être mince peut être un élément du développement de l'anorexie, mais il n’est pas uniquement question de régime et de poids, il s’agit surtout de problèmes beaucoup plus profonds pouvant arriver à n'importe qui.

Qu'est-ce que l'anorexie?

Les gens qui souffrent d’anorexie font de leurs habitudes alimentaires une obsession pour perdre du poids, même si cette perte de poids est malsaine, sans attrait ou met leur vie en danger. Ils sont obsédés par leur consommation alimentaire et ont tendance à se concentrer sur la nourriture tout au long de la journée. Les gens atteints d'anorexie peuvent tenter de suivre des régimes se limitant à 600 calories ou moins par jour, tout en combinant cela à des entraînements physiques extrêmes. Parfois, jeûner durant des jours peut faire partie de la routine de l'individu.

Certains anorexiques peuvent également utiliser des laxatifs ou des diurétiques pour tenter de chasser les calories de leur corps. Contrairement aux boulimiques, il n'y a pas de consommation excessive incontrôlable, mais ils peuvent tout de même essayer de régurgiter la nourriture immédiatement ou dès que possible après le repas, même si ce n’est que quelques calories à la fois, afin d’éviter tout gain de poids possible.

L'anorexie comprend également une image du corps très déformée. Même lorsque les individus sont horriblement minces et souffrent de problèmes associés tels que des affections cutanées, la perte des cheveux et des dents, la croissance de cheveux très fins sur le corps, des évanouissements et de graves maux de tête, ils se voient encore comme étant en surpoids, ou n'ayant pas encore atteint leur objectif.

Les causes

Il n'y a généralement pas de cause à l'anorexie. Pour beaucoup de personnes diagnostiquées anorexiques, cet état provient d’une combinaison de facteurs, à la fois internes et externes, qui peuvent avoir menés à l'obsession du poids et de l'alimentation.

Les problèmes les plus courants sont liés aux médias et à la pression exercée sur les gens de devoir aujourd'hui être «parfaits» physiquement. Les mannequins, les photographies retouchées, et la volonté de créer des célébrités plus importantes que la vie elle-même, sur la base de la beauté physique, sont souvent présentées comme étant les coupables. Cependant, l'anorexie en tant que problème médical a été reconnue depuis le milieu des années 1800, bien avant que ces problèmes n’apparaissent.

D'autres facteurs peuvent inclure des changements hormonaux, en particulier chez les femmes, par exemple lorsque ce problème de troubles alimentaires est récurrent dans la famille (jusqu'à 84% des cas dans certaines études),  ou en cas de déséquilibres chimique du cerveau, concernant en particulier la dopamine et la sérotonine, ainsi que des troubles auto-immunes et d’éventuelles lacunes nutritionnelles qui pourraient inclure la santé maternelle, ou même après la naissance.

Problèmes de comorbidité

Beaucoup de personnes possédant les symptômes physiques de l'anorexie ont des troubles profonds de santé mentale. Ceux-ci peuvent inclure la dépression, le perfectionnisme, les troubles anxieux, le trouble de la personnalité narcissique, trouble de la personnalité limite ou d’autres troubles obsessionnels compulsifs, entre autres. Des antécédents d'abus sexuels ou physiques sont également un facteur commun pour de nombreux patients.

Travailler avec un thérapeute ou un conseiller pour répondre pleinement à la comorbidité, ainsi que pour traiter l'image corporelle, est essentiel. Une approche d'équipe comprenant un conseiller ou un thérapeute spécialisé dans les troubles de l'alimentation, ainsi qu’un médecin, un nutritionniste et peut-être même un coach personnel, pour fournir des exercices routiniers de sécurité est souvent une option de traitement très efficace.


Posté par : Philippe Jacquet