Psychothérapeute spécialiste des troubles alimentaires

Classifier les troubles alimentaires

Les troubles alimentaires sont reconnus comme un diagnostic formel par les professionnels de la santé physique et mentale depuis le début des années 1970. Cependant, les comportements eux-mêmes s’observent depuis la nuit des temps. Les symptômes et comportements liés à l'anorexie sont décrits dans des ouvrages du XIIesiècle, et les excès alimentaires et les conduites de purge associés à la boulimie étaient une pratique courante chez les plus fortunés lors des fêtes du Moyen Âge.

Avec le développement de critères diagnostiques précis, des options de traitement médical et psychologique ont été développées. De nos jours, on considère que le traitement des troubles alimentaires nécessite une approche globale, focalisée sur les problèmes médicaux, mais aussi sur les facteurs psychologiques sous-jacents qui conduisent au comportement.

Quelles sont les causes des troubles alimentaires ?

Les causes des troubles alimentaires tels que l'anorexie et la boulimie ne sont pas bien connues. Cependant, la Mayo Clinic précise que, comme pour tous les problèmes de santé mentale, on estime que la génétique et la santé émotionnelle y jouent un rôle. En outre, certains facteurs augmentent le risque de souffrir d'un trouble du comportement alimentaire, notamment des antécédents familiaux de troubles alimentaires, d'autres problèmes de santé mentale, le stress et des périodes antérieures de régime ou de privation. Les TCA peuvent toucher toute personne, sans distinction d'âge, de genre ou de classe socio-économique.

L’anorexie

L'anorexie est probablement l'un des troubles alimentaires les plus généralement compris. On la retrouve chez les individus de sexe masculin et de sexe féminin, chez les pré-adolescents comme chez les adultes. Non traitée, son développement est souvent progressif.

L'anorexie est une famine auto-infligée. L'individu devient obsédé par la forme, la taille et l'apparence de son corps. Cette privation s’accompagne également d’une distorsion de l’image corporelle. L'individu ne se voit pas comme mince ou anorexique et se perçoit au contraire comme quelqu'un de lourd, qui doit continuer à limiter son apport alimentaire.

L'anorexie peut être fatale car une restriction calorique extrême peut conduire à une défaillance de tous les systèmes et organes du corps.

La boulimie

Comme l’anorexie, la boulimie se caractérise par une obsession concernant la forme et les dimensions du corps. Cependant, une personne atteinte de boulimie va se restreindre, puis se suralimenter, consommant souvent des milliers de calories en une seule prise alimentaire. Puis, se sentant extrêmement coupable, en colère et honteux, l'individu entre dans une phase de purge. Celle-ci peut inclure la prise de laxatifs ou de diurétiques, des vomissements volontaires, de l'exercice intense ou même le jeûne, pour essayer de compenser les calories consommées.

La boulimie est un grave problème de santé. Souvent, les personnes atteintes ne sont pas excessivement minces et peuvent même être en surpoids ou obèses, ce qui fait de la boulimie un trouble alimentaire souvent négligé.

L’hyperphagie ou syndrome d'hyperphagie incontrôlée

L’hyperphagie, ou syndrome d’hyperphagie incontrôlée, se distingue de la boulimie par le fait que l’excès alimentaire n’est pas suivi de conduites de purge. Les individus qui se livrent à l'hyperphagie agissent généralement de la sorte pour anesthésier les émotions négatives qu'ils ressentent, telles que le stress, l'anxiété, la peur, la dépression ou la tristesse. Ces émotions sont souvent provoquées par une image négative de soi et un désir d'avoir un corps parfait à l’aide de régimes, qui sont la plupart du temps inefficaces, ou qui ne font qu’augmenter le stress, et donc le risque de crises. Les personnes qui souffrent d'hyperphagie ont l’impression de n’avoir aucun contrôle pendant les crises et, en dépit de leur souhait de mettre fin à ce comportement, elles en sont incapables.

Les personnes hyperphagiques ont tendance à cacher la quantité de nourriture consommée, à manger en privé, de manière très rapide, et consomment des aliments riches en calories, en graisses et glucides pendant les crises, tandis qu’elles multiplient les régimes entre les crises.

Troubles des conduites alimentaires non spécifiés (EDNOS / OFSED)

Les troubles des conduites alimentaires non spécifiés, ou EDNOS, est le trouble alimentaire le plus souvent diagnostiqué, car il s’agit d'un diagnostic « fourre-tout ». Les individus peuvent recevoir ce diagnostic lorsqu'ils montrent certains symptômes de l'anorexie ou de la boulimie, mais pas assez pour qu’un diagnostic soit posé. Ce diagnostic s'applique aussi lorsque le patient combine des symptômes d'anorexie et de boulimie ou d'hyperphagie.

On pose également le diagnostic d’EDNOS quand une personne présente un ensemble de comportements atypiques et qu’elle n’arrive pas à contrôler liés au contrôle du poids et à l'image corporelle.

Comme pour tous les troubles alimentaires, un diagnostic d’EDNOS exigera des traitements psychologiques spécifiques pour aborder les problèmes de santé mentale sous-jacents, ainsi qu'un soutien médical pour les problèmes de santé actuels et futurs.

Les troubles du comportement alimentaire chez les enfants

Le plus souvent, les troubles du comportement alimentaire se développent chez les adolescents et les jeunes adultes. C'est d'ailleurs l'image que nous en renvoient les médias. Aussi, nous sommes parfois aveugles aux troubles alimentaires qui touchent d'autres tranches d'âge. Les enfants ont plus de risques de développer des troubles du comportement alimentaire s'ils voient l'un de leurs parents répéter les régimes, s'ils ont accès à des contenus en ligne dangereux concernant l'image corporelle et le poids, ou s'ils ont une image corporelle négative.

Comment la psychothérapie peut-elle vous aider ?

Le traitement des troubles alimentaires fait appel à de nombreuses thérapies, souvent associées, et qui vont du counselling à l'art-thérapie. La psychothérapie, que l'on appelle également parfois la thérapie par la parole, offre au patient un espace de soutien sécurisant dans lequel il pourra explorer sa relation avec la nourriture, mais aussi discuter d'autres options thérapeutiques. Dans notre clinique pour les troubles du comportement alimentaire, les psychothérapeutes feront appel à divers traitement afin de voir ce qui fonctionne le mieux pour chaque individu. En effet, ce qui fonctionne pour l'un n'est pas forcément efficace pour l'autre.

Psychologue analytique et psychothérapeute spécialiste des troubles alimentaires, Philippe Jacquet vous rencontre à Paris, mais aussi à Londres, Bruxelles, Marbella, ou encore Nairobi et propose également des séances par Skype.

Art-thérapie et hyperphagie

L'art-thérapie peut être un excellent moyen de se réconcilier avec la nourriture. Voici quelques idées d'art-thérapie pour faire face à l'hyperphagie:

  • Dessinez un souvenir impliquant un aliment que vous mangez en grandes quantités
  • Représentez la façon dont vous vous sentez avant et après un excès alimentaire
  • Créez des images apaisantes à regarder si vous êtes tenté(e) de manger en excès